Le préservatif masculin

Le préservatif masculin (capote) est un moyen efficace de se protéger et de protéger l’autre contre la transmission du VIH et d’autres IST. Le préservatif masculin est la méthode de référence en matière de prévention. Il se présente comme un étui destiné à recouvrir le pénis et il est le plus souvent en latex.

Ses avantages sont multiples :

Il est simple à utiliser

Ouvrez l’emballage avec précaution (pas avec les dents !) sans l’abîmer avec les ongles.
Posez le préservatif encore enroulé sur le bout du pénis en érection, en veillant à ce que la partie enroulée se trouve à l’extérieur.
Pincez l’extrémité du préservatif, correspondant généralement à un réservoir, pour chasser l’air et le dérouler jusqu’à la base du pénis, tout en maintenant le réservoir avec les doigts.
Le préservatif est en place.
Lors du retrait du vagin ou de l’anus, maintenez le préservatif à sa base pour éviter qu’il ne glisse.
Jetez-le à la poubelle (et non dans les toilettes) après l’acte, même s’il n’y a pas eu éjaculation.

La règle est : 1 acte = 1 préservatif neuf.

On ne réutilise pas plusieurs fois un même préservatif.
De même, ne superposez jamais 2 préservatifs, cela augmente le risque de déchirure et ne protège donc plus ;

Il n’est pas cher

Un préservatif masculin simple vaut moins de 1 euro. Bien sûr, il y a des gammes beaucoup plus sophistiquées et donc beaucoup plus chères…

Il est sûr lorsqu’il est correctement utilisé

Le VIH ne peut pas passer au travers du latex.

Il existe des préservatifs sans latex (préservatifs en polyuréthane) ou en latex déprotéinisé hypoallergénique (les protéines allergisantes du latex ont été enlevées) pour les personnes qui seraient allergiques à cette matière.
La plupart des préservatifs sont déjà lubrifiés. Il est possible d’utiliser en supplément des gels lubrifiants spécial préservatifs. Ces gels doivent être à base d’eau et sans corps gras (pas d’huile, pas de vaseline, pas de crème…).
Les lubrifiants à base de silicone sont compatibles avec les préservatifs.