Cycle de réplication du VIH et destruction des cellules CD4+

Le VIH est un virus de la famille des « rétrovirus ». Son code génétique se présente sous la forme d’un acide ribonucléique ou ARN, qui code pour la production d’enzymes et de protéines composant la structure du virus.

Pour se multiplier, le VIH va suivre plusieurs étapes.

– La première étape est la pénétration du VIH dans la cellule hôte.

– La deuxième étape est la transcription de l’ARN en ADN (acide désoxyribonucléique). Cette étape se fait grâce à une substance favorisant les réactions chimiques (= une enzyme) : la transcriptase inverse. L’ADN obtenu est appelé ADN proviral.

– A la troisième étape, l’ADN proviral s’intègre ensuite dans l’ADN de la cellule-hôte, grâce à une autre enzyme : l’intégrase.

– A la quatrième étape, cette intégration de l’ADN proviral dans l’ADN de la cellule va permettre la production de nouveaux ARN viraux, de nouvelles protéines et de nouvelles enzymes.

– Enfin à la cinquième étape, les ARN viraux, les enzymes et les protéines de structure, coupés par la protéase, s’assemblent pour former de nouveaux virus (=virions).
La cellule CD4+ « détournée » par le VIH va finalement libérer les nouveaux virus dans le sang et finir par mourir.

L’infection par le VIH entraîne donc une destruction progressive des cellules CD4+. Cette destruction est à l’origine d’une désorganisation du système immunitaire, et donc, d’une baisse des défenses de l’organisme. C’est l’immunodéficience ou immunodépression.

Le VIH est le virus de l’immunodéficience humaine, micro-organisme responsable du sida. Le VIH utilise les cellules CD4+ du système immunitaire pour se multiplier, puis il les détruit.

Le VIH non contrôlé par un traitement induit une baisse des défenses immunitaires de l’organisme, pouvant conduire à terme au SIDA.