L’hépatite B

En France, environ 280 000 personnes sont atteintes d’hépatite B chronique.

Mode de transmission

Comme le VIH, le virus de l’hépatite B (VHB) se transmet par contact sexuel (rapport non protégé), par contact sanguin direct (usage de drogues par voie intraveineuse, partage de matériel souillé par du sang infecté) ou de la mère à l’enfant durant la grossesse (accouchement). Il est très contagieux.

Evolution de l’infection

L’hépatite B est le plus souvent asymptomatique (silencieuse). Lors de la contamination d’un adulte, dans la plupart des cas (près de 90 %), le virus sera éliminé spontanément par l’organisme après la phase aiguë silencieuse. En revanche, lors de la contamination de l’enfant par la mère, les chances de guérison spontanée sont très faibles.

Lorsque l’hépatite B devient une maladie chronique (10 % des cas lorsque l’infection survient chez l’adulte), ses complications à long terme peuvent être graves : cirrhose avec insuffisance hépatique, cancer du foie (aussi appelé « hépatocarcinome »).

Il existe plusieurs facteurs pouvant aggraver l’évolution d’une hépatite B chronique active, notamment :

– la consommation excessive d’alcool et la consommation de tabac ;

– la co-infection par le VIH. Le VIH accélère la progression de l’hépatite B ;

– la co-infection par d’autres virus des hépatites.

Enfin, dans moins de 1 % des cas, l’hépatite est d’emblée très grave : elle est dite « fulminante ». Elle nécessite une greffe de foie en urgence.

Traitement

Les traitements permettent de contrôler et limiter l’évolution de l’hépatite B chronique.

Vaccination

Il existe un vaccin qui permet de prévenir l’infection par le virus de l’hépatite B. L’infection par le VIH n’est pas une contre-indication à cette vaccination. Si vous n’êtes pas protégé contre le VHB, parlez-en à votre médecin.