Où trouver un soutien psychologique ?

Plusieurs interlocuteurs peuvent vous proposer ou vous orienter vers un soutien psychologique :

Les professionnels de santé : médecins et autres soignants intervenant dans les services hospitaliers, en libéral (en ville), dans les réseaux de soins, dans les COREVIH (Coordinations Régionales de lutte contre l’infection par le VIH) ;

Les associations de patients et les associations d’accompagnement des personnes atteintes par le VIH : d’action locale ou nationale. Ces associations proposent différents services d’accompagnement des personnes infectées et de leurs proches. Elles disposent de structures d’informations (contact par téléphone, service d’écoute et d’information téléphonique, site Internet).

La meilleure solution pour trouver un psy qui pourra vous aider reste, bien entendu, d’en parler au médecin qui prend en charge votre infection.

Il pourra en particulier vous orienter vers le centre sectorisé de prise en charge psychologique dont vous dépendez. En France, à chaque adresse postale, correspond un centre médico-psychologique où les soins sont gratuits.
Votre médecin traitant peut également vous donner les coordonnées de ses interlocuteurs dans le champ de la prise en charge psychologique :

– Psychiatres libéraux : ce sont des médecins spécialistes et ils peuvent à ce titre faire des feuilles de soins ;

– Psychologues libéraux : diplômés de l’université, leurs consultations ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale.

Signes évocateurs de la dépression

Selon l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé, pour employer le terme dépression, il faut, pendant au moins 15 jours, presque chaque jour, et presque toute la journée, ressentir une tristesse ou une souffrance inhabituelle, plus douloureuse que tout ce qu’on a ressenti auparavant, et/ou une perte d’intérêt et de plaisir.

Les signes évocateurs de la dépression peuvent être :

• affectifs : tristesse intense, anxiété, incapacité à éprouver du plaisir… ;

• intellectuels : difficulté à se concentrer, dévalorisation de soi, pensées négatives… ;

• physiques : fatigue, ralentissement des gestes et de la parole… ;

• corporels : altération du sommeil et de l’appétit, problèmes sexuels.