Vivre avec le VIH : avec les amis et le/la partenaire

Faut-il en parler ?

Révéler son infection à ses amis est une étape difficile. Cela peut être un véritable test quant à la qualité de l’amitié qu’ils vous portent. Cette révélation sera sûrement plus simple à faire aux personnes avec lesquelles vous pensez avoir des points communs. Quoi qu’il en soit, vous avez besoin, comme chacun, d’amis qui vous comprennent et savent vous écouter, avec lesquels vous pouvez partager ce qui est important pour vous. Assurez-vous, si vous le désirez, de leur capacité à garder le secret. Dans certains cas, le soutien des amis s’avère plus utile, plus efficace et moins passionnel que celui de la famille.

Comment en parler ?

Il n’existe pas de recette. L’annonce est généralement plus simple auprès des personnes informées sur la maladie et ses modes de contamination. Ces personnes doivent savoir que vous souhaitez continuer à entretenir les mêmes liens qu’avant, à partager les mêmes passions.

Avec le/la partenaire

La découverte de la séropositivité a de multiples conséquences sur les liens amoureux et les relations sexuelles :

– la question de l’origine de la contamination se pose toujours. La personne qui découvre sa séropositivité va devoir en parler à son partenaire pour qu’il puisse connaître son statut ou, si elle se sait déjà séropositive, pour essayer de lui faire comprendre pourquoi elle n’en a pas encore parlé ;

– la séropositivité ne disparaît jamais. Elle rend donc les liens amoureux plus difficiles, car l’usage continu des préservatifs, la méconnaissance de l’infection par le VIH et les fantasmes qu’elle suscite, peuvent induire des réticences lors des rencontres ;

– idem pour la procréation. Si la procréation est devenue possible dans les pays occidentaux avec des risques très réduits de transmission à l’enfant, elle doit toujours se faire dans le cadre d’un suivi médical particulier.